Le terrorisme est une tragédie mais les marchés sont résilients

Note aux investisseurs : souvenez-vous que l'impact historique du terrorisme sur les marchés financiers reste faible et que les terroristes sont peu probables d’endommager les marchés bien longtemps.

Le mois dernier, les attentats de Barcelone et Cambrils, en Espagne, ont fait 13 morts et plus d'une centaine de blessés. Une attaque au couteau a également fait deux morts et plusieurs blessés à Turku, en Finlande. Dans le grand ordre des choses, la perte de vies humaines éclipse toutes considérations liées à l'investissement. Pour les vivants, l'heure est aujourd'hui venue de rendre hommage aux défunts, de mesurer leur bonne fortune et de rester vigilants en cas de nouvelles attaques. Les investisseurs doivent quant à eux garder à l'esprit que le terrorisme a historiquement eu un impact limité sur les marchés financiers. Il est en effet peu probable que ces derniers soient durablement ralentis en raison du climat de terreur.

Nul doute que vous êtes aussi fatigué de lire de tels articles que nous le sommes de les écrire. Malheureusement, la liste des incidents liés au terrorisme ne cesse de s'allonger.

  • Fin 2016, un camion a foncé dans la foule sur un marché de Noël en Allemagne, faisant une douzaine de morts sur son passage.
  • L'année 2017 s'est ouverte sur une attaque meurtrière dans une boîte de nuit en Turquie.
  • Le Royaume-Uni a subi trois attentats avant la fin de la première semaine de juin.
  • La France a été la cible de nombreuses attaques au cours de ces dernières années, 2017 ayant notamment été marquée par une attaque au couteau devant le Louvre et une fusillade sur les Champs-Elysées quelques jours avant l'élection présidentielle
  • En août, un sympathisant néonazi fonçait au volant d'une voiture-bélier dans une foule de contre-manifestants à Charlottesville, en Virginie (Etats-Unis), faisant un mort et plusieurs blessés, un acte qualifié de « terrorisme intérieur ».
  • 37 personnes ont trouvé la mort lors de l'attaque d'un casino aux Philippines en juin
  • Sans oublier les innombrables attentats perpétrés dans des régions plus instables telles que le Moyen-Orient

La liste est longue et ô combien douloureuse. Cela dit, la réaction des marchés n'a pas été excessivement négative. Les actions ont certes chuté à l'annonce des attentats en Espagne, une réaction temporaire dictée par l'émotion, mais en prenant un peu de recul et en gommant les fluctuations de change, on constate que les actions mondiales ont bien résisté à ces actes de violence en série.

Prenons par exemple l'évolution des actions britanniques malgré les attentats perpétrés sur leur territoire.i (Graphique 1)

Graphique 1 : Les actions britanniques gardent le cap

graphique des stocks britanniques contre les attaques terrorists 

Source : FactSet, au 05/09/2017. Indice MSCI UK Total Return avec dividendes bruts en GBP, du 30/12/2016 au 05/09/2017.

La valeur de vos investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer au gré des évolutions des marchés actions et des taux de change mondiaux.

A plus long terme, on constate également que les actions françaises ne sont guère influencées par le climat de terreur. (Graphique 2)

Graphique 2 : De même que les actions françaises !

graphique des stocks français vs attentats terrorists 

Source : FactSet, au 05/09/2017. MSCI France avec dividendes bruts en EUR, 31/12/2014 – 05/09/2017.

La valeur de vos investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer au gré des évolutions des marchés actions et des taux de change mondiaux.

La triste réalité, c'est que le terrorisme fait partie intégrante de la vie moderne. Le phénomène n'a certes rien de nouveau, les violences visant des civils innocents ne datant pas d'hier, mais les terroristes semblent de plus en plus recourir à des méthodes de moindre envergure, en transformant des objets inoffensifs du quotidien en armes mortelles. Dans la pratique, il est difficile pour les autorités d'empêcher quelques individus radicalisés de prendre un véhicule et de foncer à toute allure dans une foule. Aussi déprimant et effrayant que cela puisse paraître, c'est la réalité du monde dans lequel nous vivons.

Les marchés ne le savent que trop bien. Les derniers événements ne devraient pas décourager les investisseurs très longtemps. Les attentats n'altèrent pas les moteurs économiques et politiques sur le plan fondamental. S'ils peuvent certes peser sur le sentiment à court terme, leur fréquence en atténue l'effet de surprise. Par conséquent, le terrorisme manque de force, d'impact et d'ampleur pour porter sérieusement atteinte aux moteurs de marché, qui sont actuellement bien orientés.

Le monde n'est pas rose, ne l'a jamais été et ne le sera sans doute jamais, malgré tous nos espoirs. Un investisseur ne peut se permettre d'attendre un hypothétique moment de grâce où toute crainte s'est évanouie avant d'investir. Il y a des raisons d'avoir peur, mais les marchés boursiers sont capables d'encaisser les coups, tout comme les êtres humains. Tournez donc vos pensées vers les victimes des violences récentes et leurs proches, et n'ayez aucun doute quant à la capacité des hommes libres à surmonter les obstacles dressés sur leur route par ceux qui servent le mal.

Investir dans des titres financiers comporte un risque de perte en capital partielle ou totale. Les performances passées ne préjugent ni n’indiquent de façon fiable des performances futures.


i Source : FactSet, au 05/09/2017. Rendements du MSCI UK avec dividendes bruts en GBP. 30/12/2016 – 05/09/2017.

Investir dans des titres financiers comporte un risque de perte en capital partielle ou totale. Les performances passées ne préjugent ni n’indiquent de façon fiable des performances futures. La valeur des investissements et le revenu qui en découle peuvent évoluer à la hausse comme à la baisse en fonction des fluctuations des marchés actions mondiaux et des taux de change internationaux.