Le COVID-19 et vos investissements

Des analyses pour vous aider à traverser cette période sans précédent et à garder le cap pour atteindre vos objectifs


Nous traversons actuellement une période inédite : l'épidémie de COVID-19 s'est propagée rapidement, son impact est pratiquement universel et de nombreuses régions à travers le globe voient ressurgir de nouveaux foyers épidémiques. Il est dès lors normal de s'inquiéter de la façon dont le virus pourrait vous affecter, ainsi que de ses effets sur vos proches, votre communauté ou encore votre situation financière. C’est pour cela que nous souhaitons vous aider à atténuer une partie de ces inquiétudes en vous donnant des conseils simples et judicieux concernant l'impact du COVID-19 sur l'économie et les marchés.

Profitez donc de notre longue expérience dans le secteur de l'investissement et donnez-nous l’opportunité d’être à vos côtés pendant cette période délicate. En plus de 40 ans, nous sommes fiers d’avoir pu accompagner des milliers de clients à travers de nombreux marchés haussiers et baissiers. Nous pouvons vous aider à comprendre ce qui se passe sur les marchés actuellement, ce qui pourrait se passer par la suite sur la base des données historiques, et comment tout cela pourrait affecter vos investissements.

Consultez notre site régulièrement pour vous tenir informés. Ou appelez-nous au 0800 38 903 pour parler à un professionnel qualifié à même de vous prodiguer des conseils supplémentaires adaptés à votre situation personnelle.

Quel est l'impact du COVID-19 sur les marchés et l'économie ?

Lorsque les marchés ont commencé à chuter fin février, ils anticipaient déjà les troubles économiques qui allaient résulter des mesures prises pour endiguer le COVID-19. L'activité économique a lourdement pâti de la baisse généralisée des PIB et de la hausse sans précédent des taux de chômage suite à la fermeture temporaire des entreprises et aux autres mesures de confinement déployées à travers le monde.

Aux États-Unis, le nombre de nouvelles infections au COVID-19 est en hausse depuis juin, et certains États ont suspendu ou déprogrammé leur déconfinement. De même, des foyers localisés dans d'autres pays tels que la Chine et l'Australie ont poussé les autorités locales à instaurer des confinements ciblés. S'il s'agit là incontestablement d'une mauvaise nouvelle en termes de santé publique, nous nous gardons d'en tirer des conclusions pour les marchés. Les investisseurs sont depuis longtemps conscients du risque d'une seconde vague de COVID-19. Il faudrait selon nous que celle-ci soit pire qu'on ne le redoute actuellement pour déstabiliser davantage les marchés.

Nous sommes convaincus que l'économie finira par se redresser et, en tant qu'investisseur, il convient de garder à l'esprit que les cours des actions rebondissent généralement avant la sortie de récession. La situation actuelle ne fait selon nous pas exception à la règle, les actions s'inscrivant globalement en hausse depuis le 23 mars. Pourtant, c'est toujours le pessimisme qui domine chez les investisseurs. Ce phénomène n'a en fait rien d'inhabituel à l'heure où les marchés se redressent. Il avait ainsi fallu de nombreuses années pour que le pessimisme et le scepticisme se dissipent après la fin du marché baissier de 2008, alors que les actions avaient depuis longtemps dépassé leurs précédents pics de 2007. Comme le disait John Templeton, les marchés haussiers « naissent dans le pessimisme ». Il n'est donc guère surprenant que le manque d'optimisme observé actuellement s'accompagne d'une hausse des actions. Le pessimisme peut même favoriser les bonnes surprises dès lors que les investisseurs ne nourrissent pas d'attentes excessives.

Les mesures de relance monétaires et budgétaires peuvent-elles sauver l'économie ?

Les gouvernements et les banques centrales à travers le monde ont déployé des mesures de relance monétaires et budgétaires visant à atténuer l'impact du virus sur l'économie. Sans doute permettront-elles d'améliorer la situation, notamment pour les ménages et les petites entreprises en difficulté, mais nous ne les voyons pas être à l'origine de la reprise de l'économie et des marchés.

La Banque du Japon et la Banque centrale européenne ont augmenté leurs achats d’actifs dans le cadre de leur programme d’assouplissement quantitatif (QE). La Banque d'Angleterre a, quant à elle, relancé ce même programme et sensiblement réduit ses taux d'intérêt. Idem pour la Fed, qui a en outre adopté des mesures exceptionnelles pour tenter de soutenir le système financier.

Nous sommes mitigés à l'égard des résultats de ces mesures. Elles pourraient s'avérer bénéfiques à court terme, surtout pour les petites entreprises en manque de liquidités. Les mesures de relance budgétaires contribueront sans doute à relancer la demande en cas de récession prolongée et à insuffler un élan à la reprise. Mais les efforts d'assouplissement quantitatif pourraient avoir des effets indésirables, notamment en rendant les banques moins enclines à accorder des prêts.

Quand le marché baissier a-t-il pris fin ?

Le marché baissier a selon nous pris fin le 23 mars, ce qui en fait le plus court de l'histoire moderne. Les marchés mondiaux ont lourdement chuté entre le 19 février et le 23 mars, mais se sont par la suite sensiblement redressés. Bien que tous les signaux économiques ne soient pas encore au vert et que le pessimisme règne toujours parmi les investisseurs, les conditions semblent s'améliorer. L'économie sort progressivement du confinement et les dépenses de consommation rebondissent dans de nombreux secteurs. Nous pensons que la viabilité de la phase haussière actuelle dépend en grande partie du fait que les investisseurs continuent d'anticiper un avenir meilleur dans les 12 à 30 prochains mois.

Quelles sont les implications du COVID-19 pour mes investissements ?

Nous croyons depuis longtemps que le plus grand risque pour un investisseur est de ne pas rester investi sur une durée suffisante sur le marché pour obtenir des performances semblables (ou supérieures) à celui-ci. La durée d'investissement sur le marché est d'une importance cruciale lorsqu'il s'agit d'atteindre la plupart des objectifs financiers à long terme. Or, les investisseurs cherchent trop souvent à anticiper l'évolution du marché et finissent par passer à côté des meilleures séances haussières. Un accès de volatilité à court terme est toujours possible et doit être envisagé par les investisseurs. Dans le cas d'objectifs de placement qui s'étendent sur 10, 15, 20 ans ou plus, il peut cela dit être dangereux de s'écarter de sa stratégie d'investissement en raison de volatilité à court terme. N'oubliez pas que les performances historiques des actions intègrent toutes les phases baissières. Patience et discipline sont les clés du succès d'un investisseur sur le long terme.

Certains investisseurs peuvent certes penser qu'il est préférable de se tenir à l'écart des marchés jusqu'à ce que les « choses se calment » ou que l'actualité soit plus optimiste, mais il est rare que le monde vous indique que « tous les signaux sont au vert ». Les actions commencent souvent leur ascension hors d’une correction ou d’une phase baissière bien avant que les mauvaises nouvelles se soient dissipées. Les marchés intègrent alors un avenir économique plus favorable. La reprise des actions entamée le 23 mars, dans un contexte de confinement dans de nombreux pays et de statistiques économiques décevantes, témoigne de leur tendance à précéder la reprise de l'économie. Comme c'est souvent le cas, si vous aviez attendu que « tous les signaux soient au vert », vous seriez passé à côté de gains substantiels.

Nous comprenons qu'il n'est pas facile d'investir sur des marchés tumultueux, et nous voulons vous accompagner au mieux. N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez en savoir davantage sur nos analyses relatives au marché ou nos services.

Comment Fisher Investments Belgique accompagne-t-il les investisseurs pendant l'épidémie de COVID-19 ?

Pendant cette période de volatilité, nous souhaitons plus que jamais maintenir l’excellence de nos services. Comme toujours, Fisher Investments Belgique vous apporte des informations personnalisées de manière proactive afin de répondre à vos besoins, vos préoccupations et vos intérêts. À mesure que l'épidémie de COVID-19 évolue, nos Conseillers en Investissement tiennent leurs clients informés de l'état de leur portefeuille et de notre stratégie.

Nous aidons également les investisseurs à passer au-dessus du tapage médiatique en leur apportant des informations simples et factuelles sur la volatilité des marchés et le COVID-19 par le biais de nos nombreuses plateformes numériques. En plus de cette page, nous rédigeons des articles pour des publications telles que La Libre.

Quelle aide puis-je attendre de Fisher Investments Belgique ?

Les conséquences du COVID-19 sur les vies humaines et les communautés sont tragiques, et les tensions financières que subissent les ménages et les marchés n'arrangent rien. De nombreux investisseurs ont le sentiment que les efforts qu'ils ont fournis jusqu'à présent pour atteindre leurs objectifs financiers ont été réduits à néant.

Nous avons déjà aidé nos clients à faire face à des marchés baissiers et à d'autres périodes de volatilité et d'incertitude par le passé, et aujourd’hui, nous sommes là pour vous accompagner. Contactez-nous en ligne ou en appelant le 0800 38 903. Nous serions heureux de partager notre point de vue pour vous aider à maintenir le cap en ces temps difficiles.

L'investissement dans des titres financiers comporte un risque de perte partielle ou totale du capital investi et rien ne garantit que ce montant pourra être récupéré. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne constituent pas non plus un indicateur fiable. La valeur de vos investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer au gré des évolutions des marchés financiers et des taux de change mondiaux.