Marchés baissiers


Bon nombre d'investisseurs ne comprennent pas exactement ce que sont les marchés baissiers ni comment ils peuvent les reconnaître. Dans cet article, nous expliquerons ce que sont les marchés baissiers, à quoi ils sont reconnaissables et passerons en revue certaines de leurs caractéristiques les plus fréquentes. Pour accéder à d'autres articles détaillés sur chacun des sujets abordés, vous pouvez suivre les liens fournis.

Qu'est-ce qui caractérise un marché baissier ?

Un marché baissier désigne une baisse de 20% ou plus, induite par des facteurs fondamentaux, sur une période prolongée. Depuis 1929, l'indice américain S&P 500 a connu 13 épisodes de marché baissier, présentant un recul moyen de 40% et une durée moyenne supérieure à 21 mois.

En dehors de ces facteurs, si l'on se souvient souvent des marchés baissiers, c'est en raison de l'incertitude et des craintes importantes qu’ils ont tendance à provoquer chez les investisseurs, qui voient la valeur de leur compte dégringoler. La peur les pousse, d’ailleurs, souvent à s'éloigner de leur stratégie d'investissement de départ, ce qui peut, au final, pénaliser leurs rendements sur le long terme, surtout s'ils passent à côté du retour du marché haussier.

Identifier un marché baissier

Une correction (c’est-à-dire un recul du marché de l'ordre de 10 à 20%, dû à une émotion intense de la part des investisseurs) peut également alimenter les incertitudes et les craintes. Cependant, c’est la recherche des causes de la récente baisse des cours boursiers et leur juste interprétation, qui permet de réellement distinguer un marché baissier d'une simple correction. Par exemple, les marchés baissiers débutent rarement par une chute soudaine, alors que les corrections, elles, arrivent brutalement et sont causées par la peur.

Au contraire, les marchés baissiers ont plutôt tendance à démarrer par un ralentissement imperceptible de la dynamique conjoncturelle, le plus souvent à un moment où la plupart des investisseurs ont un sentiment de sécurité illusoire, ou lorsque l'euphorie des marchés atteint son paroxysme. Alors que les facteurs fondamentaux sont médiocres et qu'ils présentent tous les symptômes d’un marché baissier, les investisseurs, euphoriques, font la sourde oreille, obnubilés par l’apparition du moindre indice annonçant la poursuite de la hausse de la valeur de leurs actions.

Nous utilisons quatre règles de base pour identifier les marchés baissiers. Si ces règles ne s'appliquent évidemment pas à tous les marchés baissiers, elles peuvent, cependant, s'avérer utiles pour les distinguer des simples corrections.

Les quatre règles du marché baissier

  • La règle des deux pour cent. À l'amorce d'un marché baissier, il n'est, selon nous, pas rare d'observer un recul des cours boursiers d'environ 2% par mois. Cette indication pourrait offrir aux investisseurs une fenêtre temporelle leur permettant de jauger les marchés et d'évaluer si la situation correspond véritablement à un marché baissier ou à une simple correction due à la peur.
  • La règle des trois mois. La réaction la plus dangereuse pour les investisseurs serait de prendre des décisions trop hâtives et de passer à côté de rendements apportés par le retour d’un marché haussier. Plutôt que de deviner quand le marché devrait atteindre un plafond, cette règle vous préconise de patienter trois mois avant d'agir, le temps d'évaluer les facteurs fondamentaux.
  • La règle des deux tiers/un tiers. Selon nos observations, les reculs les plus modestes des prix ont tendance à se produire au cours des deux premiers tiers d'un marché baissier, et les baisses les plus fortes et les plus spectaculaires se produisent généralement durant le dernier tiers.
  • La règle des 18 mois. Nous nous sommes aperçus que les marchés baissiers durent rarement plus de deux ans. Si vous attendez trop longtemps pour réinvestir dans des actions, vous risquez de passer à côté d’un rebond spectaculaire, lors du retour d’un nouveau marché haussier.

Les indicateurs d'un marché baissier

Bien qu'aucun indicateur ne puisse annoncer avec certitude et précision qu'un marché baissier se profile, nous pensons qu'une combinaison d'indicateurs majeurs, de recherches et d'analyses pourrait vous permettre d'identifier les prémices d'un marché baissier, afin de pouvoir éventuellement en éviter les conséquences.

Nous pensons que les facteurs fondamentaux jouent un rôle essentiel pour déterminer l'état d’un marché à un instant T : bénéfices médiocres, courbes de taux inversées (rendement des obligations de court terme plus élevés que le rendement des obligations de long terme) et faible croissance des revenus sont autant d'exemples de fondamentaux négatifs.

Outre les fondamentaux, l'histoire montre que l'euphorie des investisseurs peut aussi être à l'origine d'un marché baissier. Dans l'euphorie, les investisseurs cherchent souvent le moindre indice annonçant la poursuite de la hausse de la valeur de leurs actions, prenant bien soin d’ignorer l’affaiblissement des facteurs fondamentaux ou leur passage en négatif. Il peut alors arriver que les entreprises éprouvent des difficultés à répondre aux espoirs que les investisseurs placent en elles. Lorsque les investisseurs ferment les yeux sur des facteurs fondamentaux négatifs et que les actions continuent de grimper, un marché baissier n'est peut-être plus très loin.

Qu'est-ce qui attise un marché baissier ?

Tout marché haussier est amené à franchir le fameux « Mur des Appréhensions », autrement dit les inquiétudes de court terme qui provoquent des craintes chez les investisseurs et de la volatilité dans le cadre d'un marché haussier plus large. Ces craintes peuvent engendrer une certaine volatilité sur les marchés et peut-être même des corrections dans un marché haussier, corrections que l'on confond souvent avec des marchés baissiers. Mais ces corrections constituent généralement des baisses temporaires, dictées par les émotions ; leur ampleur et leur portée n’étant pas suffisantes pour être véritablement qualifiées de marché baissier.

Par opposition au « Mur », nous avons la « Gifle », qui désigne un élément économique négatif suffisamment important pour coûter plusieurs milliers de milliards de dollars au PIB mondial. Lorsque l'on analyse les facteurs négatifs potentiels, le plus important est d'évaluer correctement la violence de la « Gifle ». Les investisseurs se méprennent souvent sur l'impact que peut avoir un événement, ne prenant pas vraiment en compte le contexte dans lequel il s'inscrit. Surestimer l'impact potentiel d'un événement, quel qu'il soit, peut conduire les investisseurs à ne pas avoir une réaction à la hauteur de certains événements et à passer potentiellement à côté des rendements dus à un marché haussier qui débute.

Ceci n'est pas un marché baissier !

Compte tenu de la multitude de facteurs à prendre en considération, il peut s'avérer difficile de déterminer ce qui peut conduire au début du prochain marché baissier ou d’une simple correction de marché haussier. Les corrections sont des reculs nets, de courte durée, de l'ordre de 10% à 20%, dus aux émotions. Il s'agit de variations imprévisibles, qui ne s’appuient, la plupart du temps, pas sur les facteurs économiques fondamentaux médiocres d’un marché baissier, mais plutôt sur des craintes. Il est pratiquement impossible de planifier correctement ces corrections, puisqu’elles démarrent brutalement et se terminent aussi vite. Qui plus est, adopter une position défensive au mauvais moment, risque de vous faire passer à côté de vos objectifs. Selon nous, rester discipliné et s’en tenir à sa stratégie d’investissement de long terme est la meilleure façon de traverser les corrections et autres périodes de volatilité dans un marché haussier.

Un rebond plus durable et plus solide

Enfin, nous souhaitons briser l'un des mythes de l'investissement les plus courants et les plus dangereux : « Plus qu’un marché baissier et ce sera fini ! ». Même si vous avez résisté stoïquement à tous les marchés baissiers sans opérer de repositionnement défensif, votre portefeuille d'actions aura toujours progressé et généré des revenus cumulés sur le long terme, dans la mesure où les marchés haussiers sont généralement plus durables et plus solides que les marchés baissiers qui les précèdent. Alors que la durée moyenne d'un marché baissier est d'environ 16 mois, pour un rendement moyen cumulé de -40%, un marché haussier moyen (si l'on ne tient pas compte de la situation actuelle du marché) dure environ 57 mois et offre un rendement moyen cumulé de 164% !

Ne laissez pas la peur, provoquée par un marché baissier de grande ampleur, vous détourner du marché des actions, pour de bon. Vous pourriez toujours avoir besoin de leur croissance de long terme, pour atteindre vos objectifs d'investissement à plus longue échéance.

Vous êtes inquiet et vous demandez quelle attitude adopter lors de la prochaine phase baissière ? Fisher Investments <France> vous assiste, grâce à ses services de gestion de portefeuille. Contactez-nous, sans plus tarder, pour prendre rendez-vous.

Selon la définition technique voulant qu'un déclin de 20% ou plus constitue un marché baissier.

Les rendements sont exprimés en USD. Les fluctuations du taux de change entre le dollar et la livre peuvent faire varier les rendements d'un investissement à la hausse, comme à la baisse. L’indice S&P 500 composite est un indice non géré et pondéré par la capitalisation boursière de 500 actions ordinaires très prisées de sociétés leaders dans les principaux secteurs d’activité, et représentatives de l’ensemble du marché des actions américain. Source : FactSet, au 30/06/2017.

Selon la définition technique voulant qu'un déclin de 20% ou plus constitue un marché baissier.

Les rendements sont exprimés en USD. Les fluctuations du taux de change entre le dollar et la livre peuvent faire varier les rendements d'un investissement à la hausse, comme à la baisse. L’indice S&P 500 composite est un indice non géré et pondéré par la capitalisation boursière de 500 actions ordinaires très prisées de sociétés leaders dans les principaux secteurs d’activité, et représentatives de l’ensemble du marché des actions américain. Source : FactSet, au 30/06/2017.

Investir dans des marchés financiers comporte un risque de perte et rien ne garantit que le capital investit pourra être complétement ou partiellement récupéré. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne constituent pas non plus un indicateur fiable. La valeur du capital investi ainsi que le montant des recettes sur investissement suivent les fluctuations des marchés financiers mondiaux et des taux de change internationaux.