Les quatre règles du marché baissier

« Selon la Règle des 2%, les marchés baissiers américains, de haut en bas, chutent de façon irrégulière mais à un taux moyen de quelque 2% par mois. S’ils dépassent ce seuil, vous pourrez compter sur un repli à venir et une meilleure occasion de vous retirer. »

– Ken Fisher, Forbes, « Stay Cool », 21/09/1998

Comprendre les marchés baissiers (que l’on définit comme une chute des facteurs fondamentaux, d’environ 20% ou plus, sur une période prolongée) est très important lorsque l’on décide d’investir dans des actions. Pourtant, beaucoup d'investisseurs ne savent probablement pas vraiment ce qu’est un marché baissier ni comment le reconnaître, ce qui peut les conduire à prendre des décisions sous le coup de l'émotion et compromettre la réalisation de leurs objectifs financiers de long terme. Selon Fisher Investments, il est essentiel de suivre attentivement les facteurs fondamentaux du marché afin de pouvoir identifier l’imminence d’un marché baissier. Ces facteurs sont notamment liés à la politique, à l’économie et au ressenti des investisseurs. Selon Fisher Investments, les indicateurs techniques, seuls, ne suffisent pas à repérer les prémices d’un marché baissier. Toutefois, selon les recherches menées par Fisher Investments, les marchés baissiers démarrent rarement en fanfare, mais se font généralement plutôt discrets dans un premier temps : un sommet arrondi sur une période prolongée qui donne aux investisseurs une fausse impression de sécurité.

Quatre règles permettent de reconnaître ce sommet arrondi caractéristique d’un marché baissier :

  1. La règle des deux pour cents : En règle générale, un marché baissier se caractérise par un repli d’environ 2% par mois (Graphique 1). Parfois plus, parfois moins. Mais en général et en moyenne, les marchés baissiers ne commencent pas par une chute marquée et soudaine comme certains peuvent l’imaginer. Si un marché baissier vient réellement à chuter de plus de 2% par mois, la reprise à laquelle on assiste par la suite peut offrir de meilleures opportunités de vente. (Il peut également s'agir d'une simple correction. Vous trouverez plus d’informations à ce sujet dans la section suivante, consacrée aux corrections qui peuvent parfois se faire passer pour des marchés baissiers.)
  1. La Règle des trois mois : Joe Goodman, un chroniqueur qui a très longtemps travaillé pour Forbes, avait conseillé aux investisseurs dans les années 1940 et 1950 de ne jamais se prononcer trop tôt sur un pic de marché. Cette règle préconise d'attendre trois mois après avoir soupçonné l’atteinte d'un plafond avant d'affirmer que l’on est bel et bien en présence d’un marché baissier. Plutôt que d'essayer de deviner quand le marché atteindra son apogée, cette règle permet de s’assurer que le pic est passé avant de prendre une mesure défensive en matière d'investissement. Elle offre l’occasion d’évaluer les données d'investissement fondamentales, l'évolution des marchés et les possibles facteurs de marché baissier (Graphique 2).

Les Graphiques 1 et 2 illustrent le sommet arrondi, caractéristique du repli du S&P 500 au cours du marché baissier de 1973-1974.

Graphique 1: La règle des deux pour cent

Graphique 2: La règle des trois mois

Source : FactSet, au 24/07/2018. Niveau du cours de l’indice S&P 500, base 100 au 31/12/1972, du 31/12/1972 au 31/12/1974, exprimé en dollars américains. Les fluctuations du taux de change entre le dollar américain et l'euro peuvent faire varier le rendement d'un investissement à la hausse comme à la baisse. Pour connaître le cours de l’indice S&P 500 sur les 5 dernières années, vous pouvez vous référer au Graphique 5.

  1. La règle des deux tiers/un tiers : Généralement, un tiers environ du repli du marché actions se produit dans les deux premiers tiers de la phase baissière et les deux tiers du repli approximativement dans le dernier tiers du marché baissier (Graphique 3).
  1. La règle des 18 mois : Alors que la durée des marchés haussiers (qui sont des périodes prolongées de hausse du cours des actions) varie considérablement, la durée moyenne d'une phase baissière est de 16 mois seulement depuis 1946 (Graphique 4). Très peu de phases baissières ont duré deux années entières ou plus dans l'histoire moderne. Si vous adoptez une stratégie d'investissement défensive, il est certainement préférable de ne pas parier sur une phase baissière si longue. Plus un marché baissier durera, plus vous aurez tendance à attendre trop longtemps pour réinvestir. Si vous adoptez une attitude baissière pendant plus de 18 mois, vous pourriez manquer la réelle envolée qui survient presque toujours au début du marché haussier suivant : les investisseurs peuvent payer cette erreur au prix fort.

Graphique 3: La règle des deux tiers/un tiers

Graphique 4: La règle des 18 mois

Source du Graphique 3 : FactSet, au 24/07/2018. Niveau du cours de l’indice S&P 500, base 100 au 31/12/1972, du 31/12/1972 au 31/12/1974.

Source du Graphique 4 : FactSet, Global Financial Data, au 19/03/2015. Niveau du cours de l’indice S&P 500, du 29/05/1946 au 09/03/2009. Les rendements sont affichés hors dividendes. Concernant la « Durée », un mois correspond à 30,5 jours. Les rendements sont exprimés en dollars américains. Les fluctuations du taux de change entre le dollar américain et l'euro peuvent faire varier le rendement d'un investissement à la hausse comme à la baisse. Pour connaître le cours de l’indice S&P 500 sur les 5 dernières années, vous pouvez vous référer au Graphique 5.

Gare à une correction déguisée en phase baissière

Il est également primordial de ne pas annoncer un marché baissier à tort. Si le marché subit une simple correction (un recul bref de 10 à 20%, dû au ressenti des investisseurs), Fisher Investments estime qu'il est préférable d’attendre que cela passe et de garder votre portefeuille investi. Il est impossible de calculer la durée exacte des corrections, et ce, en raison de la manière dont elles surviennent. Une correction peut se déclarer pour un oui ou pour un non. Les corrections ne partagent pas les causes ni les caractéristiques du Mur et de la Gifle. Le Mur fait référence à l'idée que lorsque les marchés haussiers arrivent à maturité, la plupart des craintes des investisseurs sont acceptées et se dissipent. La Gifle désigne un objet inattendu, immuable et suffisamment important pour coûter plusieurs points de pourcentage au produit intérieur brut mondial. Voici quelques signes qui indiquent que vous assistez en réalité à une simple correction:

  • Un acte terroriste, une catastrophe naturelle ou un conflit géopolitique régional récent ou en cours est traité par les médias comme la fin du monde. Ces événements peuvent engendrer une certaine volatilité sur les marchés actions.
  • Les facteurs économiques fondamentaux sont par ailleurs robustes.
  • Le repli du marché actions a été soudain, bref et brusque à partir d'un sommet récent relativement haut, par opposition à un sommet arrondi.

Choisir d’adopter une stratégie d'investissement baissière et se positionner de manière défensive devrait rester très exceptionnel : il est préférable, dans la mesure du possible, d’éviter de se fier à ses pressentiments ou à l'opinion de son voisin. Vous retirer du marché représente l’un des plus gros risques d'investissement que vous pourriez prendre : si vous vous trompez et que la croissance de votre portefeuille est une nécessité pour vous, manquer les rendements d'un marché haussier peut vous coûter très cher. À noter également qu'il n'existe aucune règle de marché magique que les investisseurs pourraient suivre aveuglément. Il s’agit plutôt de se tenir informé(e) à propos des moteurs qui régissent le marché actuel et de comprendre les causes et les indicateurs des marchés baissiers, afin de pouvoir gérer son portefeuille de façon disciplinée et atteindre ses objectifs d'investissement sur le long terme.

Graphique 5 : Niveau du cours de l’indice S&P 500, 2011-2018

Source : FactSet, au 24/07/2018. Niveau du cours de l’indice S&P 500, du 03/01/2011 au 02/01/2018. Exprimé en dollars américains. Les fluctuations du taux de change entre le dollar américain et l'euro peuvent faire varier le rendement d'un investissement à la hausse comme à la baisse.

L'investissement sur les marchés financiers comporte un risque de perte de tout ou partie du capital investi, et rien ne garantit que ce montant pourra être récupéré. Les performances passées ne sont ni une garantie ni un indicateur fiable des performances futures. La valeur de vos investissements et les revenus qui en découlent peuvent fluctuer au gré des évolutions des marchés financiers et des taux de change mondiaux.